Circuit en petit groupe accompagné
Type de voyage
13 jours
Durée totale
11 nuits
Durée sur place
à partir de 8
Nombre de voyageurs

L’histoire de l’Erythrée remonte à l’origine de l’Humanité, car c’est en bordure de son territoire qu’a été découverte Lucy dans les années 1970, un des plus anciens hominidés. Ses côtes et son port Massawa (dont l’ancien Adoulis) ont accueilli de nombreux conquérants et commerçants, dont les Egyptiens de la reine Hatchepsout, les troupes du royaume de Saba, celles d’Alexandre le Grand, puis bien plus tard, celles des Ethiopiens, de Vasco de Gama (16e siècle), des Italiens et des Turcs ainsi que des explorateurs célèbres. L’Erythrée reste une des voies terrestres et maritimes de la fameuse « route de l’encens », de la myrrhe et des aromates fréquentée depuis des milliers d’années. Ce voyage est une grande découverte car l’Erythrée, bannie depuis des décennies, est un pays aux habitants accueillants et doux qui offre de multiples facettes : villes aux monuments historiques, paysages variés et splendides, îles d’une beauté à couper le souffle (faunes marines et ornithologiques, fonds marins uniques au monde). Accompagné par José-Marie Bel, ethnologue, historien et grand spécialiste de cette région et de ce pays depuis 1974, il vous fera découvrir de nombreuses facettes et lieux qu’il connaît si bien et donnera aussi plusieurs conférences sur des thèmes variés. Des hauts plateaux abyssins à la Mer Rouge, c’est un voyage inoubliable qui nous attend.

 

Prix par personne en chambre double  4 095 €
Base 8-9 personnes. Tarif dégressif 10-12 personnes.
 Dates
13 au 25 janvier 2019
21 septembre au 03 octobre 2019

Le prix comprend :

  • Les vols internationaux
  • Les taxes aériennes (taxes d’aéroport et hausse carburant)
  • Les transferts
  • Le logement comme mentionné dans le programme (ou similaires) selon les étapes, en pension complète
  • Les visites et excursions mentionnées au programme, les entrées sur les sites et dans les musées
  • Les services d’un guide local anglophone
  • Les services de José-Marie Bel, guide-accompagnateur et conférencier

Le prix ne comprend pas :

  • Les frais de visa (85 euros à ce jour)
  • Les boissons
  • Les dépenses personnelles
  • Les pourboires
  • L’hébergement en chambre seule à demander lors de l’inscription
  • Les assurances à demander à l’inscription
1

Jour 1 : PARIS - ASMARA

Départ de Paris. Nuit en vol.
2

Jour 2 : ASMARA

Accueil et transfert à l’hôtel. Asmara, capitale de l’Érythrée, depuis 1993, offre aux visiteurs l’image d’une ville calme, verdoyante, et de toute beauté. Nous découvrons donc en toute tranquillité cette ville haute en couleur et multiconfessionnelle. La cathédrale construite en 1922 (du haut de son clocher, la vue sur la ville est remarquable), l’église orthodoxe, la mosquée, ses marchés divers (artisanat, légumes, poteries, tissus, épices, et son célèbre marché du recyclage, un des plus importants d’Afrique) ainsi que le petit musée national qui possède quelques trésors. La capitale a conservé un charme très italien hérité de la colonisation. La cité, ancienne capitale coloniale italienne, dresse encore sur le sol d’Afrique ses palais romains, ses villas toscanes et ses colonnes vénitiennes, un décor baroque et nostalgique. De plus, cette capitale est exemplaire et unique au monde grâce à son architecture avant-gardiste (1920-1950) parmi les plus intéressantes que l’on puisse trouver. La population y est composée de 50% de chrétiens orthodoxes et catholiques. Le christianisme a fait son apparition dans cette région au IVe siècle. Dîner et nuit à l’hôtel Sunshine.
3

Jour 3 : ASMARA - KEREN (3h de route).

Le matin, visite des environs d’Asmara, puis après le déjeuner, départ par la route pour Keren (3h). Dès la sortie d’Asmara, on croise des troupeaux de vaches, de moutons et des chèvres dans des paysages de hauts plateaux, caractéristiques de l’Afrique de l’est. En route, nous croisons des paysages variés, des champs de céréales dont le teff (endémique la plus petite céréale au monde), des euphorbes candélabres (Euphorbia ammak schweinfurth), et les premiers baobabs (Adansonia Digitata) et passons par la plantation Elaberet réputée pour ses orangers et citronniers. Installation et repas à l’ hôtel Serina.
4

Jour 4 : KEREN - ASMARA

Keren tire son calme nonchalant des dizaines de chameaux qui sillonnent la ville. Le marché du lundi explose en couleurs. Visite des différents quartiers : le marché au bois, le marché tenu par les femmes aux habits chatoyants (poteries, vanneries, tissus), l’ancien fort, la grande mosquée, la cathédrale gothique, la chapelle Sainte Marie Derit logée dans un baobab millénaire – haut lieu saint de l’Érythrée -, le marché aux animaux et aux dromadaires, les monuments historiques en hommage à l’Érythrée indépendante. La visite de la région permet de découvrir de beaux paysages de montagne parsemés de nombreux petits villages isolés et leurs églises. Les églises des villages dominent les scènes champêtres où, après le déjeuner pris dans un restaurant de la ville, nous ferons le retour vers Asmara. Récits de José-Marie Bel sur cette région et son histoire récente (1900 – 1993). Nuit à l’hôtel Sunshine.
5

Jour 5 : ASMARA - ADI KEYH - MATARA - SENAFE - ADI KEYH (2h30 de route).

Excursion pour deux jours au cœur historique et archéologique de l’Érythrée, un des hauts lieux de la civilisation axoumite régionale. Magnifique parcours dans les montagnes et hauts plateaux. Nous effectuerons quelques beaux arrêts dont : Dekemhare (petit marché aux poteries noires et très fines), Segheneyti (atelier école dirigé par des Sœurs Capucines où l’on fabrique des étoffes en coton brodé, les fameux Chama), non loin de là : arrêt pique-nique dans la plaine de Deghera où se trouve une magnifique forêt de Ficus Sycomorus géants. En fin d’après-midi, arrivée et visite de la région autour de Sénafé (2400 m d’altitude), dont le site historique et archéologique de Matara (à 2 kms de la ville) aux paysages superbes (le matin, nuages au niveau du sol). Matara, dont l’origine remonte au Vème siècle avant J.-C., est le pays du roi Khaled (qui a envahi le Yémen vers le IIIe s.) ; couvrant 10 hectares, il est composé de multiples lieux : une curieuse stèle de 5 m de haut, vestiges de la ville et d’anciens palais. Ce site fût découvert par Denis de Rivoire en 1868, et étudié par Francis Anfray (ami de José-Marie Bel) en 1959. Hôtel à Adi Keyh (hôtel récent et simple). Compte tenu de la proximité avec la frontière éthiopienne, l’excursion à Senafe et Matara est soumise à l’accord des autorités gouvernementales. Pour le départ du 13 janvier 2019, nous envisageons une alternative de logement avec un bivouac directement sur le très beau site de Qohaïto (ce qui éviterait notamment un aller-
retour à Adi Keyh pour y dormir seulement).
6

Jour 6 : ADI KEYH - QOHAÏTO - ASMARA (169 km)

Visite du vaste site de Qohaïto (à 121 kms d’Asmara), à 2 600 m d’altitude. Le site s’étend sur 15 kms, non loin du mont Ambasoira (3 013 m), le plus haut sommet d’Érythrée, un des plus hauts sommets de l’est Africain. La région est habitée par des pasteurs Saho. Visite du site : le barrage de Shaphira (fondé il y a plus de 1 000 ans, 67 m de long x 16 m de profondeur), vestige des palais des rois sabéens, temple de Mariam Wakiro, colonnes, et ruines diverses (création du site entre le IIe et VIème siècle après J.-C.). Des stèles ont été découvertes ici, l’une en Guèze (79 mots) est une des plus anciennes du monde sabéen (Yémen) et Axoumite, datant d’avant l’ère chrétienne. Le site est à mi-chemin entre Axoum (Ethiopie) et Adoulis (où il ne reste rien que des fragments de roches basaltiques et quelques rares poteries). Petite excursion à pied par un chemin balisé, jonché de nombreuses plantes et succulentes endémiques, pour découvrir dans le renforcement des vertigineuses falaises des grottes peintes et gravées (sur 9 m de long, 4 à 5 000 ans avant J.-C.). Retour à Asmara et nuit à l’hôtel Sunshine.
7

Jour 7 : ASMARA

Départ du 13 janvier : matinée à Asmara où nous assistons à la Fête de Timkat en présence du patriarche orthodoxe. L’essentiel des cérémonies se déroule dans un parc semi naturel, entre 5 h du matin et 12 h. La célébration de Timkat, fête de l’Épiphanie, est la plus importante fête religieuse orthodoxe d’Érythrée et d’Éthiopie, avec celle de la Croix retrouvée (Maskal, en septembre), ainsi, à moindre mesure que les fêtes de Pâques. Timkat (en amaharique ou tigrinien, siginifie baptême) est la célébration éthiopienne et érythréenne orthodoxe, qui est à la fois l’évocation du baptême de Jésus-Christ dans le Jourdain et l’Epiphanie (qui célèbre le Messie, venu au monde et l’arrivée des rois Mages). La fête est connue pour sa reconstitution rituelle du baptême, semblable aux reconstitutions des pèlerins chrétiens en Terre Sainte, à Jérusalem, Bethléem et à la rivière Jourdain). Timkat est la seule cérémonie durant laquelle les Tabots (répliques des Tables de la Loi sans l’Arche d’Alliance) sont exceptionnellement sorties des églises et des monastères pour être présentées – mais dissimulées par de riches étoffes – à la foule. Pendant la procession, qui a lieu la veille ou dans la nuit, les prêtres, vêtus de costumes colorés, portent les Tabots sur leur tête pour les amener vers le bord d’un cours ou d’une étendue d’eau (à Asmara, un bassin, non loin de la fête). Durant toute la nuit, la Divine Liturgie y est célébrée. À l’aube, vers 5/6 heures le jour de la fête, l’eau est bénie et la foule en liesse est aspergée par le Pope, chef du clergé orthodoxe du pays. En fin de matinée, sous un soleil ardent, les processions aux couleurs respectives, qui chantent et dansent, se retournent avec les Tabots vers leurs églises. Les familles se retrouvent ensuite au domicile pour festoyer et partager un grand repas de fête. Après le déjeuner, et un repos nécessaire, l’après-midi sera consacrée à une excursion dans les environs et à la visite de la Gare d’Asmara. Dîner en ville ou à l’hôtel (selon les possibilités), nuit à l’hôtel Sunshine. Départ du 21 septembre : La célébration de Masqal (fête de la sainte croix), commémore la découverte de la Croix sur laquelle le Christ fut crucifié. Sur le centre des places des villages on dresse un grand bûcher avec une croix en son centre. Le bûcher sera baptisé, avec des cercles pratiqué par le haut clergé, puis le feu sera mis. La foule en liesse se jettera dessus afin de récupérer des fragments de bois brûlé et se badigeonnera le corps, ou se fera une croix sur le front. La fête se poursuit en famille à la maison. L’après-midi sera consacré à une excursion dans les environs et à la visite de la Gare d’Asmara. Dîner en ville ou à l’hôtel (selon les possibilités), nuit à l’hôtel Sunshine.
8

Jour 8 : ASMARA – NEFASIT - MASSAWA (2h de route)

Nous rejoignons Massawa, au bord de la mer Rouge, en longeant la spectaculaire ligne de chemin de fer dont la construction fut lancée en 1887, l’année même où le « sieur » Rimbaud négociant se faisait arrêter à Massawa sans papiers. Terminée en 1911, elle a nécessité 30 tunnels et 65 ponts. La guerre civile avec l’Ethiopie l’avait rendue impraticable. Depuis 2003, la ligne est à nouveau en service, mais seulement terminée en … 2006. 2 342 mètres de dénivelé permettent de rejoindre Massawa, où tout est forcément différent (lumière, climat et architecture et population). Il est parfois possible d’emprunter une partie de cette ligne qui est privatisée et appartient à l’Association des Anciens Cheminots, seulement sur réservation et quand il y a suffisamment de voyageurs et de charbon de bois (importé). La route est magnifique : courbes et crêtes longent des précipices vertigineux dans de superbes paysages de montagnes en terrasses, de pentes couvertes de cactus géants qui sont parfois dans les nuages. Nous traversons des villages aux traditions locales, dont Néfasit, et feront un arrêt à Quinda (réputé pour sa vannerie). Massawa, une des plus importantes cités portuaires et historiques de la mer Rouge, se trouve dans une superbe baie divisée en 3 secteurs, île et presqu’îles. Après installation à l’hôtel Dahlak et repas, visite de l’île de Taulud, puis du centre historique de la ville, Medina Massawa, qui est la partie la plus pittoresque. Nous découvrons au détour des ruelles, les anciennes bâtisses de corail rose et blanc, véritables petits trésors architecturaux où se mêlent des influences turques, égyptiennes et italiennes témoignant du passage des différents occupants du pays, l’ancienne mosquée réputée comme la première en Afrique, l’ancien palais égyptien qui fut restauré en 1875 par l’aventurier Suisse Werner Munzinger, puis bien plus tard, par l’empereur Haïlé Sélassié (jusque dans les années 1970-74). La vieille ville et le port sont de merveilleux endroits pour flâner. Il y a des projets de restauration de son patrimoine exceptionnel qui effaceront les traces de la guerre récente. Massawa charme, captive et interpelle… Nous évoquerons en pèlerinage des personnages et voyageurs d’antan : Vasco de Gama, Henry Salt, Valentia, James Bruce et plus proche de nous, Arthur Rimbaud, Henry de Monfreid,… Nuit à l’Hôtel Dahlak.
9

Jour 9 : MASSAWA – VILLAGES RACHAIDA - MASSAWA (2h30 de route)

Le matin, visite des environs de Massawa, le musée historique et maritime (sous réserve), la presqu’île de Gherar, les marais salants, puis celle de Abd-el-Cader. Visite d’un village Rachaïda. Cette très aimable tribu arabe, originaire d’Arabie centrale, s’est installée là au début du développement de l’islam. Peuple très accueillant, les femmes sont très richement habillées et peu voilées. Après le repas à Massawa (ou dans les environs), départ pour le centre côtier du pays (la région où commence le pays Afar qui est sec, rocailleux et épineux) avec quelques beaux arrêts, non loin d’Adoulis. Il est possible de rencontrer des autruches, des singes et une faune ornithologique endémique. Retour à Massawa en fin de journée. Hôtel Dahlak. Repas traditionnel (cuisine yéménite) dans la vieille ville.
10

Jour 10 : MASSAWA – ILE DESSIE

Au petit matin, embarquement pour les îles de l’archipel des Dahlak. Les 300 îles de cet archipel sont éparpillées sur plus de mille kilomètres et constituent autant de petits paradis inconnus. Selon les vents et les conditions locales : en fin de matinée, arrivée à un atoll non loin de Dessie (baignade, observation de la faune). Continuation pour l’île de Dessie, une des rares îles montagneuses de la côte érythréenne. L’île est vaste : promenade, rencontre avec la population calme, paisible et pleine de délicatesse. Les femmes afars portant des scarifications caractéristiques vendent leurs colliers et coquillages. Baignade dans une eau qui oscille entre 28° et 30° à midi, et snorkeling (visite de la faune et flore sous-marine avec palmes et masque, pour ceux qui le souhaitent) dans de véritables aquariums où fourmillent des milliers de poissons aux couleurs éclatantes se faufilant au milieu de splendides barrières coralliennes. Durant ces deux jours en mer : rencontre possible avec des dauphins, tortues marines, divers poissons volants. Observation des oiseaux marins venus de tous les pays longeant la Mer Rouge et les îles désertes devenues véritables sites de nidification. Repas et nuits en bivouac sur la plage (tentes, matelas, chaises et tables, matériel de snorkeling fournis par l’équipe locale. Prévoir un drap cousu).
11

Jour 11 : ILE DESSIE - ILE MADOTE - MASSAWA

Durant ces journées, José-Marie ne manquera pas de vous parler des temps anciens et récents, des explorateurs et de ses propres expériences et missions menées dans cette région, avec aussi la présentation de passionnants documents iconographiques et cartes géographiques. Au petit matin du deuxième jour, après avoir levé le camp, nous reprendrons notre bateau, poursuivant notre « petite croisière » et ferons une ou deux escales sur des îlots ou atolls, dont une promenade et baignade à l’îlot de Madote aux eaux limpides et turquoises, et où se trouvent sur la plage au sable blanc une colonie de gastéropodes, des coquillages et du corail rose et de nombreux oiseaux et quelques succulentes. Retour à Massawa où l’on pourra se rafraichir et se restaurer à l’hôtel. Après-midi libre, ou visites selon l’heure. Nuit à l’Hôtel Dahlak.
12

Jour 12 : MASSAWA - GINDA - ASMARA (2h de route) vol retour.

Départ pour le centre du pays. Après Dogali, nous bifurquons en prenant une nouvelle route aux paysages magnifiques pour rejoindre Ghinda, sur les pentes orientales du haut plateau où la végétation est fortement développée. On y trouve genévriers, sycomores, euphorbes, baobabs et la faune y est particulièrement variée. Déjeuner à Ghinda puis route pour Asmara. Dernières visites à Asmara et temps libre pour quelques achats ou une dernière promenade. Transfert à l’aéroport pour le vol retour. Dîner et nuit en vol.
13

Jour 13 : Arrivée en France

Arrivée en début de matinée.

Avis Voyageurs

Il n'y a pas encore d'Avis Voyageurs sur ce voyage. Laissez le votre !

Laisser un Avis Voyageur

Note