Circuit en petit groupe accompagné
Type de voyage
21 jours
Durée totale
20 nuits
Durée sur place
À partir de 5
Nombre de voyageurs

La Mauritanie est un des pays les moins bien connus dans le domaine de l’art rupestre saharien. Pendant des décennies, les conditions politiques et logistiques n’ont pas été réunies pour assurer des visites sans risque dans nombre d’endroits du pays. Certaines des régions n’ont pas été visitées depuis les années 1950-1960 et les informations sont très lacunaires lorsqu’elles ont été publiées. C’est le cas de la province Nord de la Mauritanie, entre Choum et la frontière nord avec la zone occupée par les Saharawis. Des sites rupestres y ont été signalés et ont fait l’objet de publications sommaires: un exemple typique est celui d’Aouineght qui recèle une centaine de chars qui ont conduit à une publication ouvrant un nouveau domaine de recherche (Monod-Cauneille 1951). Seuls des relevés des chars ont été fourni, et aucune photo n’est jointe à ces documents. Il en va de même avec Lhote qui a repris le travail et se contente lui aussi de relevés. L’inventeur (Cauneille) signale que les gravures s’étalent sur des kilomètres, le long d’une ride. Il est plus que probable qu’une partie seulement des gravures (celles aux alentours immédiats des Oglats d’Aouineght) a été relevé, laissant la place pour des découvertes. A toute proximité, le même militaire a trouvé deux ensembles de sites à peintures, Oummat Cheggag et Oummat el Ham. Les relevés de Monod et quelques très rares photos montrent que ces figurations sont certainement à relier à celles du Western Sahara et notamment celles de Bou Dheir (juste au Nord) ou bien encore à celles du sud marocain, ce qui en relève l’intérêt. Par ailleurs, la région n’a certainement pas été explorée in extenso et il reste assurément de la place pour découvrir des sites non signalés jusque là : Une reconnaissance rapide, effectuée en Novembre 2016, a permis de localiser beaucoup de sites à peintures connus ou pas et, lors d’une visite préliminaire au banc rocheux d’Aouineght, nous avons pu détecter des figurations de chars apparemment inédits. Le circuit proposé traversera cette région avec l’objectif de nouvelles découvertes dans des zones rocheuses repérées alors. Dernièrement, la région a été pacifiée par les militaires et s’ouvre, timidement, aux sahariens en mal de terrains nouveaux. Nous vous proposons de participer à un circuit totalement inédit dans ce secteur, circuit qui passe par les sites répertoriés au siècle dernier mais aussi par des paléolacs autour desquels on espère observer des traces d’implantation ancienne. C’est le cas d’Oummat el Ham où les sites rupestres sont à proximité d’un lac que, en raison de pluies diluviennes en octobre 2016, nous avons pu observé rempli à son plus haut niveau, certainement le niveau permanent qu’il atteignait au Néolithique. Cette zone septentrionale (Tiris, région de Bir Moghrein) sera la destination privilégiée du circuit. Néanmoins, comme il s’agit d’une exploration en territoire presque inconnu  – nous ne l’avons parcouru que très rapidement et très  partiellement – il est très difficile de maîtriser le timing : une partie du trajet est en hors piste et nous n’avons jamais visité les pitons du Tiris pour juger de sa richesse en sites ornés. Si d’aventure cette traversée se révèle très rapide et libère du temps pour la fin du circuit, une variante / extension est prévue sur la zone NE de l’Adrar (à partir du jour 15) les sites rupestres y sont aussi très nombreux. La traversée d’un grand massif dunaire, le Maqteïr, nous amènera à El Ghallawiya. Enfin, le circuit offre l’opportunité de traverser des paysages sahariens variés dans une zone non touristique et débutera par une visite au parc national du banc d’Arguin, dont la faune est réputée.

Les points forts :
– Les paysages fabuleux du désert mauritanien
– Les sites de peintures et gravures déjà découvertes
– L’accompagnement par Yves Gauthier -spécialiste pariétal du Sahara

Prix par personne en chambre double  2 695 €
Base 8 à 10 personnes. Supplément : 5 à 7. Tarif dégressif : 11.
 Dates
02 au 22 décembre 2018 2 695 €
1

Jour 1 : Paris / Nouakchott

Vol Paris / Nouakchott. Nuit à l’hôtel.
2 - 3

Jours 2 et 3 : Nouakchott - Banc d'Arguin

Transit par la route au début puis, entre M’Hejrat et Mamghar, nous roulerons entre dunes et océan. Visite du Banc d’Arguin avec des lanches (bateaux locaux).
4

Jour 4 : Banc d'Arguin - Bir Iguéni - Ben Amera

Nous coupons à travers le Tijirit. Au passage, nous observerons les premières images rupestres à Bir Iguéni, site important selon Mauny qui l’a publié en 1962 : quelques peintures sous abri et des gravures (animaux, personnages et 2 chars) sur les blocs granitiques à proximité des puits. Vers la frontière, nous rejoignons Ben Amera : c’est le 3ème plus grand monolithe au monde. Sur un piton voisin, des sculptures modernes ornent les surfaces rocheuses. Quelques peintures et gravures récentes ont été répertoriées à proximité.
5 - 9

Jours 5 à 9 : Ben Amera - Tiris

En direction du Nord, traversée du Tiris, dont les plaines sont ponctuées d’une multitude de pitons qui donnent un caractère particulier à cette région. Peut-être y découvrirons nous quelques peintures ou gravures inédites.
10 - 16

Jours 10 à 16 : Oumat Chegag - Oumat el Lham - Aouineght

Visite/exploration des massifs d’Oumat Chegag, Oumat el Lham, du banc rocheux d’Aouineght, trois zones majeures pour l’art rupestre de la façade atlantique du Sahara, et exploration alentour. Lors de notre incursion de 2016 – interrompue en raison des difficultés occasionnées par des pluies diluviennes – nous avons pu localiser une très large partie de ce qui est signalé dans la littérature. On ne connaît pas exactement leur âge, mais les peintures les plus anciennes d’O. Cheggag et O. el Ham sont bien antérieures à l’apparition du chameau et même de l’élevage dans la région, gage d’ancienneté. Certaines scènes peintes sont d’une qualité qui n’a rien à envier à celles du Sahara central avec de magnifiques représentations d’antilopes, de mouflons ou de rhinocéros. À O. Cheggag, de nombreuses figurations de personnages donnent un aperçu de la vie autrefois. Le site d’Aouineght, avec sa centaine de chars, s’étend sur une dizaine de km autour des oglats d’Aouineght. Les gravures ont été réalisées sur une ride faite de grande dalles et toutes n’ont pas été répertoriées. Six jours pleins seront consacrés à cette zone (voir Monod 1951, Lhote 1957) où divers types de monuments sont présents, en continuité avec le Tiris (au sud)  et avec la région de Tifariti au nord).
17 - 18

Jours 17 et 18 : Zouerat - Mheirizat - El Ghallawiya

Plein sud pour rejoindre Zouerat (une des plus grandes mines de fer au monde) et le site rupestre de Mheirizat (gravures sur dalles et rochers). Après une visite au paléolac de l’Azrag (on y a trouvé de nombreux monuments, des empreintes de pas humains ou d’animaux, des crânes…) nous traversons l’Hammami, zone dunaire, pour rejoindre le site rupestre d’Erkeiz.  (Bivouac). 
19

Jour 19 : Atar

Une piste qui suit le relief nous ramène vers Atar : au passage nous essaierons de trouver un site à gravure qui nous a été signalé et qui est localisé à proximité du village de Touaz.
20

Jour 20 : Atar - Nouakchott

Retour par la route vers Atar et Nouakchott. Nuit à l’hôtel.
21

Jour 21 : Nouakchott/Paris

Retour en France.

Avis Voyageurs

Il n'y a pas encore d'Avis Voyageurs sur ce voyage. Laissez le votre !

Laisser un Avis Voyageur

Note